Développer l'apprentissage de la nage dans les pays en voie de développement

27 nov 2018

La noyade est la 3ème cause de décès par traumatisme non-intentionnel dans le monde (1). Plus touchés que les autres, les pays en voie de développement sont en première ligne. Quels sont les problèmes auxquels doit faire face le secteur de la piscine et comment y remédier pour permettre à chacun d'avoir accès aux infrastructures nécessaires ? Voici quelques pistes de réflexion.

apprentissage-nage-pexels-Marc-Richards-banner.jpeg

A lire également : Les challenges de l'apprentissage de la nage dans les pays occidentaux

La situation particulière des pays en voie de développement

Ces pays enregistrent un fort taux de noyade comparé aux pays développés. Ainsi, l'OMS indique que (1) :

  • les décès par noyade accidentelle se produisent à 90 % dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire ;
  • 50 % des noyades dans le monde se produisent dans le Pacifique Occidental et en Asie du Sud-est ;
  • le taux de décès par noyade en Afrique est 15 à 20 fois plus élevé qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni.

Les pays en voie de développement ne sont pourtant pas en reste en matière de piscine ! Leur forte croissance (entre 2,2 % et 7 % par an pour les pays asiatiques) et l'augmentation du pouvoir d'achat génèrent de nombreux projets de construction de piscines, notamment en hôtellerie et du côté des condominiums intégrant des bassins collectifs. En Thaïlande, pas moins de 359 demandes de permis de construire ont été déposées pour construire des piscines municipales (3).

Aperçu du marché indonésien de la piscine

Les barrières à l'apprentissage de la nage

La spécificité de ces pays est que les infrastructures existent, mais ne sont pas accessibles à tous. Ainsi, les piscines sont principalement situées dans les hôtels.

Le manque de moyens des collectivités locales implique que les écoles publiques ont rarement accès à une piscine proche de leur établissement. Ce sont pourtant les enfants qui sont les plus susceptibles de se noyer par accident.

Les piscines publiques, lorsqu'elles existent, ont quant à elles un manque d'équipements de sécurité : les bassins qui ne disposent pas, au minimum, de barrières de protection, d'une alarme ou d'une couverture de sécurité ne sont pas rares. Y compris concernant la présence d'un maître-nageur qualifié pour surveiller la baignade.

Enfin, dans les pays touchés par la sécheresse, comme en Afrique, ou qui ne disposent pas de systèmes d'assainissement de l'eau efficaces, comme en Asie, ont de grandes difficultés à accéder à de l'eau salubre pour remplir les bassins.

De nombreuses pistes à exploiter

Pour résoudre ce problème d'accès aux bassins, il est nécessaire d'adapter en premier lieu les piscines collectives existantes. En mettant en place une coopération entre pays développés et pays en voie de développement, le secteur de la piscine peut assurer la formation et l'emploi de maîtres-nageurs qualifiés, importer les meilleurs standards de l'apprentissage de la nage et des équipements de sécurité.

Les collectivités privées peuvent, quant à elles, mettre leur bassin à disposition pour permettre la dispense de leçons de natation lors des périodes creuses.

Enfin, plusieurs organismes proposent déjà des actions concrètes. Par exemple :

  • Le programme australien SwimSafe oeuvre au Bangladesh, au Vietnam et en Thaïlande pour recruter et former des maîtres-nageurs, installer des piscines portables et proposer des cours de natation, y compris dans les écoles.
  • L'ONG ghanese Félix Foundation propose des cours de natation au Ghana et conduit des actions de sensibilisation dans les écoles.

Quand aucune piscine n'est disponible dans les environs, ces organismes permettent à minima de sensibiliser la population, surtout les enfants, en leur apprenant comment secourir une personne qui se noie sans risquer leur propre vie.

Découvrez notre focus sur le marché de la piscine en Asie du Sud-Est

En rendant accessible le plaisir de la nage à tous par la coopération, les acteurs du secteur de la piscine créent un cercle vertueux, où les apprenants pourront transmettre leur goût de la nage à leurs propres enfants, résultant mécaniquement en un accroissement de la fréquentation des piscines collectives et de la construction des piscines individuelles. Une collaboration gagnante-gagnante pour tous !


(1) OMS : Noyade, principaux faits
(2) Unicef : Soif d'avenir : l'eau et les enfants face aux changements climatiques
(3) Swimming Pool Building Permit, 2015. Municipal Area, New constructions, National Office of Statistics – Building permit statistics

© Crédit photo : Marc Richards / Pexels 

Partager cette page :

© 2018 tous droits réservés.   Mentions légales